Chambre de métiers et de l'artisanat de la Corrèze
Web de la Chambre de métiers Corrèze
Accueil

Marcel Demarty, huitième président de la Chambre de Métiers et de l’Artisanat de la Corrèze.


En ce 9 novembre 2016, si la plupart des yeux étaient rivés sur le résultat des élections présidentielles américaines, sur le département de la Corrèze, la Chambre de Métiers et de l’Artisanat s’est vue élire son huitième président : Marcel Demarty, en présence du Préfet de la Corrèze, Bertrand Gaume.



Les 25 élus de la CMA 19 en présence du Préfet de la Corrèze, Bertrand Gaume
Les 25 élus de la CMA 19 en présence du Préfet de la Corrèze, Bertrand Gaume

Christian Lavent, Président sortant, Marcel Demarty, Président de la CMA 19
Christian Lavent, Président sortant, Marcel Demarty, Président de la CMA 19
Âgé de 62 ans, cet artisan sellier depuis 35 ans, basé sur la commune de Brive-La-Gaillarde succède à Christian Lavent, président de la CMA 19 depuis 22 ans.

Discours du Président de la CMA 19 : Marcel Demarty

Monsieur Le Préfet,
Mesdames, Messieurs,
Chers collègues.
 
Tout d’abord, merci pour la confiance que vous m’accordez et l’honneur que vous me faites en m’élisant Président de notre Chambre de Métiers et de l’Artisanat.
 
Je mesure pleinement la responsabilité qui maintenant est la mienne : vis-à-vis de vous, du personnel de cette maison et surtout des artisans corréziens.
 
Je prends l’engagement devant vous qui représentez les 6 500 entreprises de notre secteur des Métiers et devant vous Monsieur Le Préfet qui incarnez notre tutelle, de m’investir au mieux dans ma fonction et de m’y impliquer pleinement. Je fais d’ailleurs confiance à mes collègues élus de l’UPA pour m’y aider et également me rappeler mes devoirs s’il y en avait besoin.
 
Je reviens très brièvement sur les élections en exprimant simplement deux regrets :
 
Le premier : que la famille de l’Artisanat Corrézien au sein de l’UPA n’ait pas su ou pas pu conserver son unité dans un contexte où nous en avons bien besoin ; en espérant que les organisations professionnelles divisées sauront se réunifier.
 
Le deuxième : que dans cette campagne des élections, certaines limites en matière de respect des individus, de certains agents de la Chambre, et de la déontologie aient été parfois franchies. Quand c’est le cas, personne, je dis bien personne, n’en sort grandi ;
 
Maintenant place à l’avenir et aux enjeux devant nous :
 
  • Enjeux financiers : dans un contexte de réduction des deniers publics, de situation économique difficile pour beaucoup de nos entreprises, nous devons tous de suite nous atteler à la recherche de l’équilibre budgétaire de notre Chambre de Métiers. On ne pourra pas encore compter comme en 2015 sur un appui exceptionnel de notre Chambre Régionale. Donc, il nous faut optimiser nos moyens et notre fonctionnement et j’ai conscience que rien ne sera facile ;
  • Enjeu de la régionalisation : vous savez tous qu’il reste encore beaucoup, je dirai presque tout à faire. Nous avons là aussi besoin de veiller à ce qu’un département comme le nôtre puisse préserver ses intérêts.
Il faut que notre Chambre de Métiers, nos entreprises puissent bénéficier des appuis nécessaires pour avancer ;
  • Enjeux économiques : nous sommes dans un département où l’artisanat joue un rôle majeur en matière économique, d’emploi, de développement territorial. Même si cela est évident, il nous faut continuer à le répéter, à le mettre en avant et faire que tous, élus et services, soyons aux côtés des entreprises, au contact des agglos, des communautés de communes, des partenaires institutionnels pour que notre artisanat soit considéré et aidé à sa juste valeur ;
  • Enjeux de la formation : qu’elle soit au niveau de l’apprentissage qui doit sans cesse être mis en avant ; il nous faut continuer à porter, aux côtés des pouvoirs publics, un discours positif et noble sur cette voie de promotion sociale.
Il nous faut continuer à encourager et accompagner les maîtres d’apprentissage dans leur investissement ; il nous faut veiller à la qualité des enseignements pour nos jeunes, et à ce que les CFA, au premier rang desquels figure NOTRE CFA des 13 Vents, puissent exercer leurs missions du mieux possible et développer encore et encore des initiatives en partenariat et en accord avec nos organisations professionnelles.
Sans apprentis, pas de compagnons dans nos entreprises, moins de repreneurs, moins de créateurs. Avec des apprentis, c’est l’avenir de notre secteur qui se dessine.
Mais formation également pour nos chefs d’entreprises, leurs conjoints et leurs personnels. Nous devons proposer, renouveler, innover, intéresser. Je sais que ce n’est pas facile de mobiliser mais nous devons nous y employer.
  • Enjeux d’évolution de notre secteur : on l’a vu ces dernières années où, nos entreprises ont eu besoin de se battre, de s’adapter, de résister, d’évoluer, d’innover pour continuer à exister. A nous d’être à leurs côtés dans les bons comme dans les mauvais moments ; à nous d’être à leurs côtés dans leurs projets, à nous de nous battre auprès de l’État, de la Région Nouvelle Aquitaine, des collectivités territoriales pour créer les meilleures conditions possibles à leur maintien et à leur développement.
 
Tout ceci va passer par la mobilisation de tous :
 
  • D’abord, nous Élus et j’espère pouvoir compter sur chacun d’entre vous, sans exception. Il nous faut tous, dans nos quartiers, nos villes et villages, nos métiers porter l’image de la Chambre et être à l’écoute de nos collègues ;
  • Ensuite, les Organisations Professionnelles : ceux qui me connaissent savent bien ce que je pense : sans organisations professionnelles fortes nous n’aurons pas une Chambre de Métiers forte ; sans Chambre de Métiers forte nous n’aurons pas d’Organisations Professionnelles fortes. Il nous faut donc travailler ensemble, tous et je dis bien tous, afin que notre secteur des Métiers, avec sa double représentativité, soit fort ;
  • Enfin, les services de la Chambre : je compte sur la mobilisation et l’investissement de tous afin que les meilleurs services possibles en fonction de nos moyens et de nos contraintes, soient proposés aux artisans corréziens. Je souhaite ou plutôt nous souhaitons des agents sur le terrain, là où nos collègues de l’alimentaire, du bâtiment, de la production et des services travaillent. Nous voulons, à l’image de ce que nous avons déjà connu, même si je sais que la réalité d’aujourd’hui n’est pas celle d’hier, une Chambre de Métiers visible sur nos territoires, et identifiée comme un des premiers acteurs du développement économique et local de notre département.
 
Voilà en quelques mots ce que je voulais vous dire en début de ce mandat. J’essaierais de faire mienne la devise : « je fais ce que je dis et je dis ce que je fais ».
 
Mais je sais que seul, on ne peut rien.
 
Je sais aussi que je dispose d’une bonne équipe d’élus et d’agents autour de moi, je dis bien élus et agents.
 
Je sais pouvoir compter sur l’engagement de tous.
 
Donc, les conditions me paraissent remplies pour que ce mandat qui débute permette à l’Artisanat Corrézien d’être fidèlement et loyalement défendu et accompagné.
 
Merci à tous et VIVE L’ARTISANAT CORRÉZIEN.
 

De gauche à droite : J-C Fredon, B Longy, B Gaume, P Agnoux, M Demarty, S Geneste, P Vennat, L Melin, P Le Hech
De gauche à droite : J-C Fredon, B Longy, B Gaume, P Agnoux, M Demarty, S Geneste, P Vennat, L Melin, P Le Hech
Après acceptation de la délibération par l’ensemble des 25 nouveaux élus, le bureau de la CMA 19 ne compte plus aujourd’hui que 8 membres, dont voici la répartition des postes :
 
Président : Marcel Demarty

1er vice-président : Jean-Claude Fredon
2ème vice-présidente : Brigitte Longy
3ème vice-présidente : Pascale Vennat

Trésorier : Laurent Melin
Trésorière adjointe : Sandrine Geneste

Secrétaire : Pierre Agnoux
Secrétaire adjoint : Pascal Le Hech
 


Lu 1024 fois



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


A lire également :
< >