Chambre de métiers et de l'artisanat de la Corrèze
Web de la Chambre de métiers Corrèze
Accueil

Médias sociaux : opportunité ou mirage ? 8 artisans corréziens témoignent…


En quelques années, internet a profondément modifié notre façon de nous informer, de nous comporter, de consommer du contenu ou des produits. Accéder à la connaissance n’est plus qu’une affaire de secondes et prendre la parole est tout aussi instantané. Avec le web 2.0, l’internaute a pris le pouvoir sur sa vie privée, gère sa propre image depuis un ordinateur, un smartphone ou une tablette… À lui seul, il peut faire vaciller une entreprise, une grande marque avec des commentaires toxiques diffusés sur les réseaux sociaux. Mais, au delà de leur capacité de nuire, les médias sociaux peuvent rapprocher le nouveau consomm’acteur de l’entreprise. Tantôt simples fils d’information, réseaux commerciaux, dispositifs d’écoute clients, supports de services après-vente, canaux de fidélisation, interfaces de co-création… les médias sociaux peuvent être de nouveaux relais de croissance pour les entreprises. Mais ces opportunités ne sont-elles pas réservées aux grandes entreprises ? Concernent-elles les entreprises artisanales aux moyens humains, financiers et techniques souvent contraints ? Ces dernières n’ont-elles pas plus à perdre qu’à gagner à investir les réseaux ? Dans ce dossier, nous avons souhaité vous présenter l’étendue des possibilités et des risques et bien entendu recueillir le point de vue des artisans corréziens qui utilisent ces médias.



Médias sociaux : opportunité ou mirage ? 8 artisans corréziens témoignent…
Dossier complet A LIRE sur www.trait-union.info

• Un média social, c'est quoi ?
• C'est pour les jeunes ?
• A quoi ça sert ? Pour quoi faire ?
• Combien ça coûte ? Combien ça rapporte ?
• Les principaux réseaux sociaux en France : Facebook, Viadéo et Linkedin, Google +, Twitter
• Comment se planter sur les médias sociaux ?
• Les chiffres à retenir
• Les tendances…

La combe de Job, conserverie artisanale à Brive et Objat

Médias sociaux : opportunité ou mirage ? 8 artisans corréziens témoignent…
L'avis du pro : Catherine Gobert, dirigeante
VUE sur : FacebookTwitterGoogle +  , Linked inPinterest,
blog culinaire lacombedejob.over-blog.com
site web : www.lacombedejob.com
Taille du réseau : 2500 contacts environ
Temps passé : 30 à 60 minutes par jour
Projets ? Intégrer de la vidéo
Bonne pratique : tous les médias sociaux utilisés pointent vers le site web

« Un site internet est un outil parmi d'autres mais cela ne suffit plus. Les réseaux sociaux offrent beaucoup plus de visibilité et pour moi, il est indispensable d'y être pour se faire connaître, parler de son savoir-faire, annoncer le lancement d'un produit, sa participation à un salon… Et aussi pour partager l'info des autres. Parce que l'état d'esprit, c'est le partage. Il ne faut surtout pas parler que de soi. Mais essayer de trouver un angle suffisamment intéressant et accrocheur pour que les autres partagent à leur tour les infos sur leur propre réseau. Le web, c'est l'ouverture sur le monde avec un grand M et le nombre de prospects devient infini avec les médias sociaux
 
Concrètement, les médias sociaux nous permettent de nouer des contacts avec des particuliers (Facebook) et des professionnels (sur Linkedin), d'obtenir des demandes de renseignements, des visites sur le site et des commandes sur la boutique en ligne ou physique. Les achats ne sont pas forcément immédiats, mais se font plutôt par ricochets, suite à différentes interactions. Et puis, il y a le facteur chance. Un article qui parle d'un nouveau produit peut être repéré au bon moment par un journaliste par exemple. C'est aussi pour cette raison que je me suis beaucoup rapprochée des blogs culinaires. En fait, le seul problème, c'est le temps nécessaire à l'animation et à l'apprentissage parce que les réseaux sociaux, ce sont surtout des astuces.
 
Je surveille l'origine de mes visiteurs sur mon site internet avec google Analytics j'observe avec attention l'utilisation croissante des smartphones et tablettes dans la consultation du site et je peux dire que nous sommes à un virage technologique.
 
Un conseil aux artisans ? Il est important d'être présent, même avec un compte ou une page gérée à minima. Ne serait-ce que pour exister et obtenir de nouveaux contacts.»
 

LM couverture charpente à Argentat

Médias sociaux : opportunité ou mirage ? 8 artisans corréziens témoignent…
L'avis du pro : Benjamin Lachaux
VU sur : Facebook,
site web : 
www.lmcouverturecharpente.com
Taille du réseau : 200 contacts environ
Temps passé : 2 heures par mois
Projets ? Étendre son réseau Facebook
Bonne pratique : sur leur compte Facebook, les salariés indiquent qu’ils travaillent dans l’entreprise et contribuent à la faire connaître auprès de leurs amis.

 
« Notre démarche est très récente puisqu'elle date de cet été. J'avais déjà un profil Facebook à titre personnel avec lequel j'échangeais avec mes amis. J'entendais parler autour de moi des autres entreprises artisanales sur Argentat qui avaient un compte Facebook à titre professionnel et je me suis dit pourquoi pas nous ?
On espère toucher de nouveaux clients, et puis exister aussi professionnellement auprès d'amis qui s'installent sur Argentat et qui auront certainement des travaux à faire. En fait, toucher un public différent et plus jeune et utiliser notre réseau existant. 
En écrivant sur leur profil personnel qu'ils travaillent dans notre entreprise, nos salariés contribuent eux-aussi à faire connaître LM couverture et notre actualité. Facebook doit nous permettre de rapprocher nos réseaux personnels et pros. Nous diffusons des infos sur les chantiers avec des photos de réalisations et nos participations aux animations sur Argentat. Pour moi, tous les artisans peuvent rejoindre Facebook, quelle que soit leur activité.  A condition d’y consacrer un peu de temps et peut-être d’être déjà présent à titre personnel avec un profil. Cela fait gagner du temps dans la constitution du réseau professionnel. »
 

Belle d'Orient, création de bijoux fantaisie à Tulle

Médias sociaux : opportunité ou mirage ? 8 artisans corréziens témoignent…
L'avis du pro : Laetitia Clasquin
VUE sur : FacebookBlogspot
Google +
site web : www.belledorient.com
Taille du réseau : 2000 contacts environ
Temps passé : 1 heure par jour environ
Projets ? Rejoindre Linkedin et proposer des tutoriaux de création de bijoux (vidéos), tester la plateforme www.achetons-local.com
Bonne pratique : tous les médias convergent vers le site boutique en ligne
 
« Ma motivation est d'étendre ma clientèle locale et notamment d’attirer des gens de Brive. J'utilise les réseaux pour les informer de mes nouvelles collections, des changements de vitrine…
Je m'occupe des réseaux sociaux et du site internet essentiellement en soirée, en dehors des temps de fabrication et d’accueil clientèle. Je publie uniquement sur le mur de La belle d'Orient et me refuse à investir celui de mes contacts, je n'envoie pas non plus d'invitation. Je pense qu'il faut trouver la limite entre informer, être présent et être perçu comme envahissant. Donc je publie de temps et temps, mais jamais tout à la fois. 
Ma boutique en ligne,génère moins de commandes que les réseaux et me demande autant de travail qu’un vrai magasin, ce que je n'imaginais absolument pas au début. Par contre, j’ai des commandes directes depuis Facebook qui génère à lui seul une cinquantaine de ventes à l'année. Je recommande à chacun de rejoindre les réseaux sociaux, quelle que soit son activité, parce que c'est un bouche à oreilles qui ne coûte rien, qui permet d'avoir une vitrine. Parallèlement, je reste en veille sur les médias sociaux et me suis inscrite à une nouvelle plateforme (www.achetons-local.com) pour la tester. »
 


Actif coiffure, salon de coiffure à Malemort

Médias sociaux : opportunité ou mirage ? 8 artisans corréziens témoignent…
L'avis du pro : Sébastien Neyrat
Taille du réseau : 300 contacts environ
Temps passé : 30 minutes par jour environ
Projets ? poster plus de créations
Bonne pratique : utilise la géolocalisation pour attirer de nouveaux clients.
 
« Pour moi, Facebook, c'est le prolongement de ma vitrine. Je publie beaucoup d'images de mes fournisseurs et ponctuellement des offres commerciales. Alors oui, c'est un support publicitaire mais attention, qui doit rester sympa, convivial et sur lequel on parle à ses contacts comme on parle à des amis, pas des clients. C'est le bouche à oreilles moderne, qui crée du trafic et du dialogue, donne une image dynamique de l’entreprise. C'est vraiment vite fait : avec un iPhone, c'est instantané, je poste des messages entre deux clients… des photos de l'équipe. Mais, si le retour sur investissement est très difficile à estimer, je ne vois pas comment on pourrait s'en passer.
 
J’utilise également les services des pages jaunes, et j’ai remarqué que leur appli attire beaucoup de clients équipés d'un smartphone. L'esprit dans lequel je travaille, n’est pas basé sur le fait d'aller chercher de nouveaux contacts mais plutôt d'attendre qu'ils viennent à nous, pour une raison ou une autre. Je ne provoque pas de rencontre, n’écris pas sur le mur des autres. 
Alors, bien entendu, je ne suis pas philanthrope, mais je fais très attention à ce que mon activité sur Facebook ne soit pas ressentie comme une agression commerciale. C’est aussi pourquoi je suis le seul à gérer le compte. Parce qu'il faut se fixer une ligne de conduite et des limites. Mes salariés m’aident et relaient nos infos sur leurs comptes personnels, racontent des boutades… auprès de leurs amis. Tous les artisans devraient essayer parce que les médias sociaux apportent de la convivialité, et c'est ce qui peut faire la différence aujourd’hui.»
 


SARL Desjacques vente et dépannage TV, Hi-Fi électroménager à Tulle

Médias sociaux : opportunité ou mirage ? 8 artisans corréziens témoignent…
L'avis du pro : David Desjacques, responsable
VU sur : Facebook, site web : www.procie-tulle.com
Taille du réseau : 130 contacts environ
Temps passé : 20 à 30 minutes par jour
Projets ? Youtube
Bonne pratique : des infos sur les produits et de l'actualité   

«Aujourd’hui, nous devons utiliser tous les moyens de communication pour nous mettre en avant. Les temps sont durs, on ne peut plus attendre que le client vienne au magasin et nous devons sans cesse propager notre image. Aujourd'hui, nous avons un site web via notre groupement d'achat Pro&Cie et un compte Facebook. Pour le moment, c'est tout mais nous allons bientôt rejoindre les autres médias, Youtube notamment, mais il faut il trouver le moyen de faire le ''buzz''.
En termes de résultats, nous avons pour le moment un contact qui a réalisé un achat. Mais cela ne fait que très peu de temps que nous avons débuté et nous avons espoir. Nous avons également des contacts qui aiment les produits mis en avant sur la page, ce qui est bon signe. De plus, la moyenne d'âge des contacts Facebook est beaucoup jeune qu'en magasin, ce qui nous permet de toucher une autre clientèle.
Nous utilisons principalement Facebook pour proposer nos nouveaux produits, leurs tarifs et pour publier des actualités de Canal+ et Canalsat dont nos sommes distributeurs agrées.
Pour moi, les artisans et commerçants ont tout intérêt à utiliser les réseaux sociaux parce que, en rapport avec le temps passé, le retour peut être intéressant. A condition toutefois de proposer des produits ou services qui sortent de l'ordinaire.»
 


Boucherie Servantie à Objat, Évènements & compagnie à Brive

Médias sociaux : opportunité ou mirage ? 8 artisans corréziens témoignent…
L'avis du pro : Julien Servantie
VU sur : Facebook   et Facebook   (2 comptes)
Twitter et site web : www.boucherie-servantie.fr
Taille du réseau : 300 contacts environ
Temps passé : 20 à 30 minutes par jour
Bonne pratique : attire des clients plus jeunes qu’en boutique

« Nous avons 2 entreprises, une boucherie située à Objat et Évènements et Cie, une société d'organisation d’évènements et traiteur (mariages, anniversaires, séminaires…) basée à Brive. Depuis 2 ans, nous utilisons les médias sociaux et notamment Facebook. C’est beaucoup plus facile que le site internet qui doit être mis à jour par une personne externe à l’entreprise. En plus, c’est gratuit ! Ça va très vite, il suffit d’appuyer sur une touche pour publier une info. Et puis, la plupart de nos clients sont aujourd’hui sur ces réseaux. Au départ, les gens qui ne nous connaissent pas bien consultent  nos coordonnées via les Pages jaunes, puis arrivent sur le site et entrent en contact sur Facebook. Nous publions des photos des évènements que l’on organise et, pour la boucherie, les plats du jour comme «la mique et le petit salé», des projets des plats pour la St Valentin, les fêtes de Noël… C’est un outil de conquête, on invite les gens à nous rejoindre, les clients sont plus jeunes qu’en boutique. Pour moi, c’est vraiment un outil, un support de publicité.»

Les cahiers de Constance, papeterie, bijoux et accessoires à Naves

Médias sociaux : opportunité ou mirage ? 8 artisans corréziens témoignent…
L'avis du pro : Mathilde Fraysse
Taille du réseau : 700 contacts environ
Temps passé : 1 heure par jour
Projets ? Créer un compte sur Instagram
Bonne pratique : trouve des relais auprès de blogs reconnus
 
« J'utilise les médias sociaux pour améliorer la visibilité de ma marque, trouver un nouveau public et permettre à ceux qui la connaissent déjà d'être au courant des actualités.
 
Du point de vue des contacts, c'est intéressant, surtout au début parce qu'avec le temps, je trouve que le cercle s'élargit moins vite. De nouveaux points de vente m'ont connue et contactée via Facebook. Ainsi que des particuliers. Sur Facebook, on peut également créer des groupes, sortes de communauté "privée". Cela permet de dialoguer, s’entraider (trouver des nouveaux fournisseurs par ex., se donner des conseils pour les salons à ne pas manquer...). Je ne suis pas entrée sur Facebook pour cette raison mais je trouve ça très enrichissant.
 
Le média qui fonctionne bien pour moi c'est Facebook mais je ne suis pas présente sur les autres. Je suis moins présente sur mon blog car Facebook est plus simple et plus rapide. Je pense peut-être m'inscrire sur Instagram qui permet de créer une galerie photo avec des "followers". C'est différent de facebook, mais cela correspond je pense à ma clientèle. Je travaille aussi avec des blogueuses, à qui j'envoie des produits. Certains blogs sont très vus et il suffit qu'un de mes articles apparaisse chez l'une d’entre elles pour avoir immédiatement des répercussions en terme de vente sur ma boutique en ligne.
 
J'essaie de faire 3 publications par semaine, sans trop de redite. Je présente mes nouveaux produits, informe de mes nouveaux points de vente, je relaie aussi les évènements auxquels je participe. Je partage aussi les pages des créations que je trouve intéressantes. On me propose aussi (des blogs ou des webzine) d'organiser des jeux, des concours qui permettent de faire vivre nos pages respectives.
Enfin, je pense que la communication sur papier reste très importante. En cette rentrée j'ai eu deux publications papiers dans des magazines parents-enfants et pour moi c'est tout aussi important surtout que l'on garde plus en mémoire ce que l'on a vu sur papier que sur le net où l'on reçoit 10'000 informations en même temps. »
 


Fred Menuiserie à Lagarde Enval

Médias sociaux : opportunité ou mirage ? 8 artisans corréziens témoignent…
L'avis du pro : Frédéric Capitaine
VU sur : Facebook  uniquement
Taille du réseau : 55 contacts environ
Temps passé : 10 minutes par jour
Projets ? créer un compte Twitter   
Bonne pratique : un compte perso pour la famille et les amis et un compte pro pour l'entreprise
 
« Deux éléments m’ont motivé à rejoindre Facebook : la gratuité et le potentiel de personnes touchées. Je viens de créer mon entreprise en juin dernier et dans la foulée, j'ai créé mon compte sur Facebook. Aujourd’hui, j'ai déjà plus de 55 personnes qui me suivent. Je sais que mes amis vont m'aider à me faire connaitre et vont republier mon contenu. Je n’ai même pas besoin de le leur demander. C’est comme ça sur Facebook. C'est une forme de soutien, de bouche à oreilles. J'étais déjà inscrit à titre personnel mais j'ai voulu bien séparer le perso du pro sur lequel j'insère des photos de chantier, je suis plus sérieux. C’est une question d'image !
 
J'espère arriver rapidement à 400 contacts pour me permettre de trouver de nouveaux clients et développer mon chiffre d'affaires. La journée, je fais des photos sur mon chantier puis les publie directement le soir sur mon compte Facebook. C'est direct, et pas compliqué, avec un simple appareil photo numérique. J'ai déjà recommandé à mes amis artisans d'en faire autant mais certains restent quand même réticents…»
 

Apprendre à utiliser les médias sociaux vous intéresse ?

Médias sociaux : opportunité ou mirage ? 8 artisans corréziens témoignent…
Nous vous proposons de mettre en place une formation spécial artisans.

Envoyez simplement vos coordonnées par email à 
artisanat@cma-correze.fr  ou

en message privé sur 
Facebook  ou Twitter  ou

par téléphone au 05 55 29 95 95.

Nous nous engageons à vous contacter.

LIRE LA SUITE…

Médias sociaux : opportunité ou mirage ? 8 artisans corréziens témoignent…
Dossier complet A LIRE sur www.trait-union.info


Lu 1972 fois




1.Posté par CMA Correze le 17/10/2013 16:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Un grand merci aux artisans qui ont accepté spontanément de nous faire part de l'expérience… David Desjaques, Laetitia Clasquin, Frédéric Capitaine, Catherine Gobert, Benjamin Lachaux, Sébastien Neyrat, Mathilde Fraysse et Julien Servantie…

N'hésitez pas à laisser un commentaire, une question… connectez-vous directement avec votre compte FB !

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


A lire également :
< >